Street art “Villes imaginaires”

Street art “Villes imaginaires”

Le street art au bord du canal de Saint-Denis

Le ferrailleur Costella vue par François Régis et les deux artistes

Nicolas Pichon et l’espagnol Félix Spok Brillor

TEASER. 5mn. Un avant goût de ce que vous pouvez voir le 5 Novembre à la projection de “Canal Saint-Denis, la bascule d’un paysage”, acte 1, que j’ai réalisé avec les habitants et travailleurs des rives du canal. L’aventure continue avec le tournage du Acte 2 “Les pommes de discorde, les beaux projets” basé sur l’éloquence et la plaidoirie. On vous attend le 5 Novembre à 19h (ouverture des portes à 18h30) au théâtre de la Maison d’Espagne à Saint-Denis.

LE QUARTIER MONTJOIE

La Zac Montjoie en détail

CA C’EST PASSE A LA PLAINE

L’ENTREPRISE SOLVAY

Solvay entreprise de chimie

le créateur Ernest Solvay

LES ACTEURS BENEVOLES DE L’ASSOCIATION

UN TEMOIGNAGES, DES DOCUMENTS A PARTAGER, DES QUESTIONS…
BIENVENUE…

Nous contacter

7 + 5 =

L’ACTUALITES DE NOS QUARTIERS
Les mots de Jean “Les jardins ouvriers”

Les mots de Jean “Les jardins ouvriers”

Le mot de Jean sur les jardins ouvriers

Jean Bellanger nous livre ces mots sur les jardins ouvriers et leurs histoires

’’Les jardins ouvriers de la Plaine Saint-Denis’’…
contribution de jean Bellanger du 30 12 2020

… font partie du paysage de St Denis, de la Plaine St Denis et de la proche banlieue de la région parisienne, ils rappellent tout simplement que ce quartier était industriel avec une population ouvrière aux origines très diverses comme l’indique encore le nom de ‘’La petite Espagne” qui jouxte ces jardins dits du Cornillon….

La Plaine a été victime du charcutage électoral de 1986 opéré par le duo ‘’Chirac-Pasqua’’ qui voulait morceler ce territoire de Saint-Denis réputé pour sa résistance insolente…(Cf illustration page 53 les communistes s’affichent)

Les luttes ouvrières y furent nombreuses marquées par les souffrances de la classe ouvrière: le travail des enfants aux ‘’Verreries-Legras’, l’exploitation des travailleurs immigrés employés dans les industries chimiques mais aussi leur résistance exemplaire comme à SPCI , Procol et Élastomère, le travail des femmes chez Fabrique-Union, Gibbs, Aussedat….

les conditions de logement étaient également déplorables : Avec Marcel Trillat , grand reporter nous avons dénoncé en 1970 les hôtels insalubres et les caves peuplées de ‘’sans logis’’ rue du Landy et avenue Wilson de la Paine Saint Denis…

Evoquant les jardins ouvriers, comment oublier les luttes et la désindustrialisation ainsi en est-il des 6 ans de luttes de Cazeneuve et de la machine outil…( Cf. En quête d’humanité de Pierre Trovel usine réoccupère le 28-3-78)

"Jardins ouvriers" un clic et oups le texte intégral

 ’’Les jardins ouvriers de la Plaine Saint-Denis’’…

… font partie du paysage de St Denis, de la Plaine St Denis et de la proche banlieue de la région parisienne, ils rappellent tout simplement que ce quartier était industriel avec une population ouvrière aux origines très diverses comme l’indique encore le nom de ‘’ La petite Espagne ’’qui jouxte ces jardins dits du Cornillon….

La Plaine a été victime du charcutage électoral de 1986 opéré par le duo ‘’Chirac-Pasqua’’ qui voulait morceler ce territoire de Saint-Denis réputé pour sa résistance insolente…(Cf illustration page 53 les communistes s’affichent)

Les luttes ouvrières y furent nombreuses marquées par les souffrances de la classe ouvrière: le travail des enfants aux ‘’Verreries-Legras’, l’exploitation des travailleurs immigrés employés dans les industries chimiques mais aussi leur résistance exemplaire comme à SPCI , Procol et Élastomère, le travail des femmes chez Fabrique-Union, Gibbs, Aussedat….

Les conditions de logement étaient également déplorables : Avec Marcel Trillat , grand reporter nous avons dénoncé en 1970 les hôtels insalubres et les caves peuplées de ‘’sans logis’’ rue du Landy et avenue Wilson de la Paine Saint Denis…

Evoquant les jardins ouvriers, comment oublier les luttes et la désindustrialisation ainsi en est-il des 6 ans de luttes de Cazeneuve et de la machine outil…( Cf.: En quête d’humanité de Pierre Trovel usine réoccupére le 28-3-78)

Voilà ce que rappelle pour moi et pour beaucoup les jardins ouvriers, autrement dit pas seulement de la culture maraîchère mais de hommes , des femmes et des enfants qui vivaient ensemble, travaillaient ensemble, parfois se révoltaient ensemble exigeant des droits pas seulement des promesses apaisantes… Paroles…Paroles…

L’artiste Jean Amblard, dont la fille Hélène, dionysienne de cœur, nous a fait le don des carnets patrimoniaux (2011), illustre bien cette ”résistance” dont on retrouve des traces culturelles dans nos cités et dans les mairies de Saint Denis, Pierrefitte, la Courneuve : cf.: (jean Amblard artiste peintre 1911-1989 don de sa fille Hélène affiche du Mrap 14 juin 1953 contre le racisme et pour la paix)

Les Assises de la Plaine font aussi partie de notre histoire, même si à mon goût les jardins ouvriers y sont trop peu associés, pendant plusieurs années dans les locaux des Magasins Généraux, Porte de la Chapelle ou Porte d’Aubervilliers il était question de trouver des solutions politiques et financières pour tenir…
Résister ensemble, en plus grand nombre, avec les forces sociales et politiques dans leur diversité paraissait une évidence pour survivre et grandir malgré les conséquences de la désindustrialisation laissant notre territoire plus fragile alors que le charcutage politique allait nous affaiblir politiquement il fallait au contraire se regrouper et réfléchir à partir des réflexions déjà engagées par d’éminents chercheurs dont Gus Mashias sur le ‘’développement durable’’ : trois conditions essentielles s’imposaient :

L’économique, le social, l’écologie

Ces trois conditions , valeurs essentielles, nous voulons les retrouver , avec les jardins ouvriers et leur environnement, avec les 23 familles profitant de cet espace, avec les enfants des écoles, avec les médiathèques, avec les associations, les syndicats et leurs comités d’entreprises qui fréquenteront notre espace accueil comme un lieu culturel. Avec Apijbat nous avons en effet créer un espace accueil que certains enfants des écoles dont celles de Epinay sur seine avec le soutien de Aline Matray du dispositif ”imaginaire et jardins” ont visité sous la direction attentive de Claude Abdallah un des plus anciens jardiniers du Cornillon de la Plaine dont le savoir faire, la patience et l’expérience culturelle en ont fait un excellent pédagogue auprès des enfants heureux de l’entendre….

Ensemble nous apprendrons la nature et son évolution comme nous l’avons appris avec Marie-Monique Robin sans pesticides, ensemble nous échangerons avec les cités voisines comme nous l’avons fait avec Élise Chabin de Gai-logis, Nous valoriserons nos cultures et leurs diversités comme nous le faisons avec nos amis Marocains et Portugais….José Arturo ,un ancien du bidon ville des francs -Moisins, qui fut longtemps délégué choisi par la Fédération mais aussi élus par les jardiniers (car nous ne voulions pas de délégués imposés par la direction fédérale nous voulions choisir nos propres délégués et faire notre propre règlement intérieur , cette position aurait d’ailleurs mérité des autorités politiques de notre territoire plus de soutien… mais ce n’était pas dans leur programme …Ils ”faisaient confiance ” (je dirai plutôt qu’ils n’avaient pas pris conscience de ce que représentait les ”jardins ouvriers”)

Les ‘’jardins ouvriers’’ de la Plaine nous rappellent également que ce quartier fut longtemps un lieu où les travailleurs de différents pays se sont croisés partageant la solidarité ouvrière et parfois les luttes pour obtenir des droits nouveaux où tout simplement faire respecter les droits acquis….

EN GUISE DE CONCLUSION: A la Plaine la mémoire ne peut oublier le passé vécu, il est un héritage non négligeable de notre histoire…. Les luttes contre le travail des enfants ou son aménagement dans les verreries ‘’Legras’’ il y a 150 ans, les luttes contre le racisme et pour la solidarité internationale au siècle dernier. Les luttes pour les conditions de travail chez Procol, Gibbs…. Les luttes pour l’emploi et le mieux vivre ensemble font partie de l’histoire que nous devons poursuivre.

Jean Bellanger secrétaire du comité des jardins pour la plaine 30 décembre 2020 bonne année 2021

APIJ-BAT association d’insertion du bâtiment pour les jeunes créé par la ville de Saint-Denis du temps de Didier Paillard maire communiste de Saint-Denis .

Site du Gaz du Landy “La fin”

Site du Gaz du Landy “La fin”

Site du Gaz du Landy “La fin”

Le sites des usines à gaz de La Plaine Saint-Denis

site du Landy 

GDF  GDF-SUEZ  ENGIE
361 avenue Wilson
Saint-Denis

Sur la partie nord du Landy, à la place de l’usine à gaz, Gaz de France a implanté son centre de recherche sur un terrain de 7 ha. Les terrains restent la propriété de la ville de Paris.

Les locaux sont rénovés en 1987 pour former un campus que l’on doit aux architectes Viguier et Jodry. Les bâtiments en façade de l’avenue Wilson ont été préservés. Malheureusement, l’ensemble est refermé sur lui-même et la qualité de l’ensemble est peu perceptible de l’extérieur.

Ce centre de recherche comprend des bureaux et des laboratoires où sont mis au point et perfectionnées toutes les utilisations du gaz, des chaudières, aux fours industriels et la climatisation. Un petit immeuble de plusieurs logements factices bourrés de capteurs a été construit pour simuler toutes les pratiques domestiques et ainsi mettre au point sécurité et économies d’énergie.

C’est aussi dans ce centre que GDF étudie tous les moyens de stockage et de transport du gaz. Plus de 1 000 personnes travaillent sur ce site qui passe pour être le plus moderne au monde.

En 1987 le centre avait pour nom la DETN, Direction des Etudes et Techniques Nouvelles. Avec la fusion avec Suez en 2008, il est devenu le CRIGEN, Centre de Recherche et d’expertise opérationnelle du Groupe Engie.

Le centre de recherche fermera ses portes à partir de 2019 pour laisser place au centre aquatique des JOP 2024.
Les activités devraient être réparties sur plusieurs sites :
– Siège social Engie home services : environ 110 personnes à la Défense.
– Engie « support » RH, compta : 70 personnes à l’Euro Atrium de Saint-Ouen.
– Recherche (ex CRIGEN) :
o Le régulé : transport, distri : société GRT Gaz à unité RICE : 110 personnes partent à Villeneuve la Garenne Nord.
o Le non régulé : Hydrogène, usage du gaz, etc : ENGIE SA = New Crigen ou Engie Lab Crigen = 200 personnes à Stains Bois Moussay

En octobre 2016, ce fut la dernière visite public sur ce site qui va voir s’installer la piscine Olympique, puis un quartier d’habitation…